Déesse du mois de juin - ÁINE

Déesse moins connue aux origines parfois difficiles à retracer, Áine aurait été la déesse du Soleil, de l’amour et de la fertilité chez les Celtes, mais on lui prête également les attributs d’une déesse lunaire. Son nom en gaélique irlandais Aw-nyah, signifie clarté ou encore brillance selon d’autres sources.

C’est une déesse qui fut à l’origine de plusieurs légendes et croyances contradictoires, et plusieurs personnages de la mythologie celtique ont aussi porté ce nom. Cela expliquerait en partie pourquoi son culte n’a pas eu autant d’attention que certaines autres divinités celtiques. Un autre raison pouvant expliquer ce manque d’attention, serait que contrairement à la plupart des anciennes déesses, elle ne fut jamais christianisée et ses pratiques sont demeurées exclusivement païennes.

Bien qu’elle fut initialement associée au Soleil (peut être à cause de la signification de son nom et du fait qu’elle était célébrée au solstice d’été, jour le plus long de l’année), son affiliation à la Lune a fait d’elle une déesse aussi importante que d’autres déesses primordiales, comme les déesses assimilées Vénus/Aphrodite chez les Romains et les Grecs et la déesse Frigg dans la mythologie nordique. Déesse affiliée à l’été, Áine était par extension une déesse liée à l’agriculture et aux cultures. On la priait afin qu’elle accorde de bonnes récoltes et qu’elle tienne loin du bétail toutes formes de maladies.

Son culte était célébré en juin, autour du solstice d’été et de Litha, et jusqu’au XIXe siècle une fête lui était dédiée la veille de la Saint-Jean. Lors de ces célébrations, de grands feux étaient allumés au sommet d’une colline sacrée.  Ces feux symbolisaient l’hymne aux forces solaires et la fumée qui s’en dégageait servait à se purifier et à protéger le bétail. Cette association au feu accordait à la déesse Áine un pouvoir de guérisseuse et il était coutume de l’invoquer lorsqu’on souhaitait recevoir sa protection. Un dernier aspect de la déesse Áine qu’il est intéressant de découvrir, est son affiliation au monde des fées. Elle était parfois surnommée la reine des fées et une ancienne légende raconte qu’elle serait apparue à un groupe de jeunes femmes lors d’une nuit lui étant dédiée. Elle aurait permise à ces jeunes filles d’apercevoir le royaume des fées à travers son anneau magique. On racontait également qu’elle prenait parfois l’apparence d’une fée afin de s’unir charnellement aux hommes mortels. Cette liberté sexuelle aurait tellement déplue à l’église catholique que cela pourrait expliquer pourquoi ils n’ont jamais essayer de la christianiser. Finalement, c’est une déesse qu’on ne devait pas vexer sous peine de subir sa vengeance et son impatience.

Tous les mystères entourant cette déesse à la fois solaire et lunaire en font une déesse complexe à définir, mais qui nous inspire à accepter nous aussi, notre dualité.

Faites appel à Áine si vous manquez d’énergie et si vous souhaitez éveiller la force vitale en vous. C’est également une déesse intéressante à invoquer pour favoriser la fertilité, l’abondance la prospérité et une vie sexuelle plus épanouie. Demandez lui qu’elle vous accorde sa protection lors de l’accomplissement de votre rituel de Litha/solstice d’été. Il n’existe pas, à notre connaissance, de représentation visuelle de Áine, mais vous pouvez vous l'imaginer sous la forme d’une fée, de la Lune ou du Soleil.

Bienvenue mois de juin, magie du milieu de l’été!